Lettre ouverte aux signataires des Accords de Paris du 23 octobre 1991

LETTRE OUVERTE AUX SIGNATAIRES DES ACCORDS DE PAIX DE PARIS DE 1991

Dans un contexte où la guerre froide est en passe de devenir une guerre chaude ou Troisième Guerre Mondiale pouvant générer une destruction dévastatrice de vies humaines à l’échelle universelle tout en ayant pour cause une idéologie radicale terroriste et une confrontation entre les Etats Unis et la Corée du Nord à propos des missiles nucléaires chaque pays du globe doit évidemment faire face à des problèmes politiques , économiques et sociales . Le Cambodge est un petit pays affecté par les mêmes problèmes ; de surcroit  sa population subit encore malheureusement l’invasion à but d’épuration raciale de son voisin vietnamien ainsi qu’une violation quotidienne de ses droits fondamentaux par le pouvoir autoritaire du Premier Ministre Hun Sen. Après avoir détruit le Kampuchea Démocratique de Pol Pot en 1979 , en 1989, à la suite des pressions internationales,   le Vietnam feignait de retirer ses troupes le jour mais les faisait revenir en civils la nuit dans le but de les répartir sur tout le territoire du Cambodge afin de cacher sa domination voilée aux yeux de la Communauté internationale avec l’assistance du pouvoir en place. Les Khmers Rouges du Kampuchea Démocratique fuyaient vers la frontière de la Thaïlande et formaient avec la faction de l’ancien Ministre des Finances Son San et de la faction royaliste FUNCINPEC du Prince Norodom Sihanouk un gouvernement d’union nationale ( G C K D ) pour faire la guerre sans issue contre l’envahisseur vietnamien pendant plus de 10 ans avant qu’une intervention de la Communauté internationale ne se traduisait par une Conférence de Paix de Paris le 23 Octobre 1991. Cette Conférence avait mis fin à la guerre et les Accords de Paix de Paris du 23 Octobre 1991 avait pour objectif l’instauration d’un Cambodge Démocratique mais les dirigeants cambodgiens n’ont jamais respecté l’esprit de ces Accords . Par contre, ils ont instauré un Royaume de façade d’une façon momentanée avant de le transformer en dictature sous Hun Sen . Le régime autoritaire de Hun Sen a organisé frauduleusement 5 élections législatives consécutives exerçant ainsi plus de 30 années de pouvoir avec des spoliations de terrains du petit peuple , avec des arrestations sans preuve valable de tous ceux qui protestent contre ses autorités interdisant toute critique même constructive. Récemment les autorités ont fermé la porte à l’Institut National de Démocratie ( NDI ) installé par les Etats Unis d’Amérique , à plusieurs journaux locaux et à plusieurs postes de radio. Pressentant le rejet  de plus en plus évident du peuple khmer qui aspire au changement par les élections ce régime a emprisonné le président du parti d’opposition ( CNRP ), monsieur Kem Sokha, en l’accusant de traitrise à la nation tout en décrétant des lois visant à anéantir définitivement ce parti . Cette perspective a fomenté de vives réactions de la part des khmers de l’intérieur comme de l’extérieur ainsi que de la Communauté Internationale et malgré l’appel à un rétablissement normal de la situation du pays avec une menace de pression économique , ce régime persévère d’anéantir le parti d’opposition. Dans cette situation de tension sociale de plus en plus forte , La Révolution du Lotus Khmer, mouvement non violant en marche basé à Paris demande aux pays signataires de faire valoir leurs responsabilités en invoquant l’urgence d’une nouvelle Conférence sur les Accords de Paix de Paris du 23 Octobre 1991 afin de faire respecter scrupuleusement les principes de ces Accords par les autorités de monsieur Hun Sen et par les dirigeants du Vietnam.

Conformément aux principes des Accords de Paix de Paris du 23 Octobre 1991 , avec comme objectif  la restauration de l’Indépendance du Cambodge du colonialisme voilé du Vietnam et du respect des droits de l’homme par les autorités dictatoriales de Hun Sen, La Révolution du Lotus Khmer réclame son droit comme observateur à toute nouvelle Conférence Internationale sur le Cambodge.

Avec nos remerciements anticipés,

Le Secrétaire Général du R L K

Sok Dyvathann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *